En época de monstruos y catástrofes

0

EN ÉPOCA DE MONSTRUOS Y CATÁSTROFES. CAMILLE DE TOLEDO

Alpha Decay

Catàstrofes, apocalipsis, distòpies, mons paral·lels, metàfores de la realitat,… la literatura ens ha ofert una ampli ventall de possibilitats de viatjar per diferents perspectives oferides per autors que consideren necessari i útil veure la realitat del món amb altres ulls. El dia a dia potser ens impedeix aturar-nos, ser crítics i exigir amb vehemència i arguments un canvi. Ara bé, tenim a la nostra disposició autors com Camille de Toledo, un d’aquells escriptors que mostra un compromís exquisit i punyent amb la realitat i la literatura. Ens arriba, gràcies a Alpha Decay l’obra titulada En época de monstruos y catástrofes, la primera part de la tetralogia Estratos, on l’autor qüestiona l’absurditat i buidor de la vida moderna, tal i com ho fa el sociòleg Lipovetsky, però a través de la ficció i d’un personatge anomenat LKW, un vividor, inventor, espavilat, extravertit i supervivent, tant llest com superficial, que crea un imperi comercial venent productes que ofereixen entreteniment i plaer sexual. L’èxit, immediat, polèmic, provoca un autèntic terrabastall personal a la vida d’LKW, qui es converteix en un empresari admirat, envejat i polèmic, rodejant-se d’un grup de treball i d’amics gairebé tan excessius com ells. L’exageració amb la que descriu l’autor la bacanal de diners, fama i luxe del protagonista de l’obra i del seu entorn resulta una àcida i caricaturesca visió del món en el que vivim. Potser, el món no arribarà a canviar mai, perquè hi ha masses individus com LKW interessats en mantenir l’status quo. Un món polític, anul·lat per l’economia, països convertits en franquícies, ciutats plantejades com parcs temàtics, masses consumistes sense remei, idiotització del col·lectiu,… imaginació  No obstant, l’art ens permet reflexionar de manera que, quan ens intenten vendre la moto, almenys, uns quants, se n’adonin. En época de monstruos y catástrofes és una obra tan grotesca com realista que empeny al lector a pensar per sí mateix, opció vital per no convertir-se en un individu sense capacitat de rèplica ni rebel·lió. Encara que res canviï, l’art ha de seguir donant motius per mantenir la utopia.

Qui millor que Camille de Toledo per explicar-nos de que va la seva ambiciosa novel·la, on, finalment, tot resulta molt més real del que sembla:

BCNCultura.cat: Quan, com i perquè et poses a escriure En época de monstruos y catástrofes?

Camille de Toledo: C’était à Rome, en 2004, à la VILLA MEDICIS; J’avais obtenu une bourse d’écrivain pour un an. Je voulais travaillé sur les “Enfers” de la bibliothèque du vatican, là où sont consignés les livres interdits par l’Eglise.  J’avais aussi avec moi un tableau de Jerôme Bosch : “le Jardin des délices.” Cette peinture – des petits personnages perdus dans un jardin imaginaire, qui s’agitent, de caprice en caprice – me semblait être l’image exacte  de notre temps.

B: Segurament hi ha o han hagut uns quants LKW. Però, digue’ns-ho tu: qui podria ser a la vida real LKW?

C: LWK est un grand “couturier du désir”. En construisant son personnage, je me suis beaucoup attaché à la figure du Marquis de Sade. Mais la question, pour moi, était : que ferait le marquis de Sade aujourd’hui ? Dans un monde où le “désir”, la “libido”, le “corps” sont au coeur  de l’économie, Sade devenait, pour moi, le GRAND entrepreneur, un inventeur, un “designer du désir”, à la tête d’une multinationale de la jouissance organisée : une jouissance comptable, individualiste, et froide. Mais il y a beaucoup d’autres éléments qui le composent. Son identité qu’il a gagné “à la loterie”. Son enfance de cinéma que l’on découvre, au fil du livre…

B: La realitat supera la ficció. De fet, els polítics ja estan al servei de l’economia. Creus que l’´esser humà arribara on arriba a la teva novel·la o ja hem arribat?

C: En epoca de monstruos y catastrofes, c’est le monde réel. Comme c’est un “conte”, on a le sentiment d’être ailleurs, entre le présent et l’avenir.  Mais tout ce qui est dans la nouvelle est à l’image exacte du monde où nous sommes. Vous verrez !

B: Des de Archimondain Joliponk, qui ha evolucionat més (per bé o per mal), tu o el món? Quines són les teves inquietuds i la teva visió del món?

C: J’insisterai sur ce que je nomme “l’esprit des fins” : fin de l’art, fin de l’Histoire, fin de la littérature… C’était le refrain de nos pères.  Nous sommes les enfants de cette fin annoncée et notre devoir, c’est d’en finir avec la fin.  Nous sommes ainsi, des enfants de la métamorphose.  Il nous revient d’inventer les formes politiques et poétiques du 21e siècle. Disons, donc, que je suis de plus en plus sensible à la question de la transmission et des métamorphoses. Pour en finir avec la fin, pour relancer l’Histoire, pour percer le voile des fictions – et l’hypnose – dans lesquelles nous vivons.

B: Són conegudes les teves crítiques als protagonistes del maig del 68. Ara bé, què opines concretament de Daniel Cohn-Bendit?

C: Daniel Cohn-Bendit devrait faire bien plus ! IL est en position de le faire. Il devrait proposer un programme “utopique” pour les enfants de l’Europe. S’il veut, je peux me mettre à sa disposition. Je pourrais écrire ce programme avec lui.

B: La teva distòpia sobre els temps que corren és un cop de puny literari exquisit, grotesc i cínic. Ara bé, l’art, perquè serveix, què canvia?

C: Rendre les lecteurs à la vue ! Voilà ce que je cherche. Non pas comme un faiseur de miracle, qui dirait à l’aveugle : tiens, ami, je te redonne tes yeux.  Avant d’être écrivain, j’ai été lecteur. Chaque fois que des livres ont changé ma vie, c’était surtout qu’il m’aidait à mieux voir, mieux “lire” le monde. C’est ce que j’essaie de faire, modestement, à ma manière : écrire des livres qui modifient la manière que nous avons de voir le monde. Avec En Epoca de monstruos y catastrofes, c’est un effet de “décrochage” quasi-comique. En lisant le livre, je crois que l’on prend conscience de la farce tradi-comique dans la quelle nous sommes condamnés à vivre. Et en même temps, le livre, j’espère, donne une puissante envie de s’arracher à cette farce. Sortir de l’écran où nous vivons… Recréer un ailleurs, une extériorité au monde.

B: Em pots comentar quins projectes tens entre mans?

C: Je n’aurais pas assez de vies… pour tous les accomplir. En ce moment, il y a un opéra, un roman picaresque, une anthologie d’écrivains imaginaires, un livre réunissant mes photographies… Je dois aussi terminer la série des 4 livres de la série de “Strates”. En ce moment, je travaille à un long poème qui a pour titre : Lettre à un jeun martyr. C’est une lettre qu’un vieil homme – un égyptien – adresse à un jeune musulman qui veut mourir pour le djihad. C’est une lettre calme et apaiser, où la voix cherche à défaire ce romantisme de la mort et de la foi.

B: Gràcies, Camille, pel teu temps, per la teva obra, i esperem que siguin molts els que gaudeixin com ho hem fet nosaltres amb En época de monstruos y catástrofes (Alpha Decay, 2012). Ja tenim ganes de que arribin les altres parts d’Estratos!

C: Merci beaucoup pour ton mot et la gentillesse de tes remarques.

Comparteix

Sobre el/la redactor/a

Leave A Reply